Quelle part d’irrationnel en gestion de projet : la recherche avance !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


Tout projet est supposé fondé sur une logique cohérente dont on écarte les risques jusqu’à un taux d’acceptation « raisonnable » qui différera pour chacun, selon son taux d’aversion aux risques.

Mais qu’est ce que l’aversion aux risques ? Qu’est ce que le cœur de métier ? Qu’est ce qu’un rendement indirect ? Si le gendarme coute plus cher que le voleur, plus aucun projet n’est alors réaliste ! Quand les frais d’assurances « tous risques » coutent plus que le rendement locatif, dois-je acheter un appartement en vue de le louer ?

Comme en finance ou l’on a progressivement mis en exergue la part d’irrationalité des investisseurs (finance comportementale, Khaneman 2002 prix Nobel d’économie), tout projet humain qu’il s’agisse de mariage, d’enfanter, de travailler ou simplement faire des choix de lectures est un arbitrage entre logique déductive et logique circonstancielle. Acheter un appartement à tel moment à tel endroit est un pari à fort contenu d’irrationnel : pouvons nous formaliser par des calculs très simples une cartographie des éléments subjectifs et la pondérer par une meilleure prise en compte des incertitudes ?

Il en est de même pour tout les grands projets industriels (barrage, construction d’avions, urbanisation, stratégies macroéconomiques d’état etc…) lorsque la décision doit tenir compte de perspectives durables, de risques politiques, économiques et fiscaux mais aussi de facteurs immédiats, d’influences diverse,s d’effets de mode… Et ces derniers sont parfois déterminants quant au taux de consécration des moyens au projet, selon les évolutions possibles.

C’est toute l’approche innovante que propose le Pr. CLAIRVIEL qui enseigne la gestion de risques dans divers établissements d’enseignement supérieur, en France, au Canada comme en Afrique et qui a publié en 2010 un résumé de ses 10 ans de travaux à ce sujet sur http://www.larousse.fr/encyclopedie/article/Phi/11024744

A présent, cette recherche est pratiquée, en phase d’expérimentation opérationnelle ; elle a permis à la Caisse des Dépôts comme à certains grands investisseurs internationaux de valider – ou d’invalider- plusieurs projets en appliquant cette méthode. Elle fera l’objet de diverses publications en 2013 mais d’ores et déjà une information quant aux techniques et premiers résultats sera organisée à Paris fin 2011 sous l’ égide des FEDERATIONS INTERPROFESSIONNELLES pour sensibiliser les spécialistes concernés ( niveau ingénieur ou master d’économie) . Pour tous renseignements : fedinter@voila.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »